Commentaires des patients sur la laparoscopie - ablation endoscopique de la vésicule biliaire

L'ablation de la vésicule biliaire, comme toute opération, provoque une peur et une appréhension chez la personne. Mais l'attitude du patient à l'égard de la cholécystectomie à venir est importante pour un résultat positif du traitement chirurgical. Souvent, la formation de la bonne attitude psychologique permet une bonne prise de conscience et des examens des personnes qui ont subi une résection de l'organe. Inspiré par un grand nombre de bons exemples, les fantasmes négatifs disparaissent chez une personne et il y a une ferme croyance dans le succès de l'opération pour enlever la vésicule biliaire.

Le rôle de la vésicule biliaire

Malgré l'affirmation selon laquelle l'organe n'est pas vital, la qualité de la digestion et le fonctionnement des autres organes du tractus gastro-intestinal dépendent du bon fonctionnement de la vésicule biliaire. La fonction principale du pancréas est l'accumulation et le traitement de la bile. Il pénètre dans la cavité organique du foie, après quoi la membrane muqueuse de la vessie absorbe l'excès de liquide pour épaissir la sécrétion. Cela est nécessaire pour la décomposition efficace des graisses. Après une intervention chirurgicale pour enlever la vésicule biliaire, la bile pénètre dans le duodénum par le foie, provoquant une irritation et des troubles intestinaux.

Une vésicule biliaire saine assure l'excrétion de la bile dans l'espace duodénal lorsque le coma alimentaire y pénètre. Cela est possible en raison de la capacité du médecin généraliste à percevoir le "signal" de la cholécystokinine et à répondre par une forte contraction, jetant une partie de la bile dans les voies biliaires. En l'absence de HP, ce processus se déroule de manière incontrôlable, ce qui provoque certains problèmes.

Normalement, les acides biliaires à effet hépatotoxique perdent leurs qualités agressives. Ainsi, la vésicule biliaire protège le foie, la muqueuse de l'estomac et l'intestin grêle de l'érosion. Après la cholécystectomie, toutes les fonctions exercées par le médecin généraliste sont perdues, ce qui ne peut pas passer inaperçu et, sans aucun doute, affecte l'ensemble du corps.

Pourquoi la vésicule biliaire est-elle enlevée?

Malheureusement, sous l'influence de facteurs causaux, une inflammation se développe sous la forme d'organes ou de calculs biliaires. Progressivement, la vésicule biliaire perd sa capacité à se contracter activement, se transformant en un sac non fonctionnel. Ces métamorphoses menacent le développement de complications graves, dangereuses à vivre. Dans ce cas, les médecins recommandent de planifier l'ablation de la vésicule biliaire et ne s'attendent pas à une détérioration.

Avis patient: Catherine, 28 ans

J'ai appris la nécessité d'une cholécystectomie lors d'une consultation avec un chirurgien. Immédiatement après la naissance, une douleur est apparue sous la côte droite. Il s'est avéré que j'ai beaucoup de pierres et que la bulle doit être enlevée. J'ai refusé et après 3 jours, j'ai subi une opération avec une crise de cholécystite aiguë, et j'ai vraiment regretté de ne pas avoir écouté le médecin à ce moment-là..

Le plus souvent, la raison de contacter un médecin est un syndrome douloureux intense, qui apparaît avec de graves modifications pathologiques de la vésicule biliaire. Pour l'inconfort, la plaque sur la langue, un arrière-goût amer dans la bouche, beaucoup préfèrent ne pas faire attention. En conséquence, le diagnostic est établi au stade où une perforation des parois du pancréas, une inflammation purulente, un abcès du foie, une septicémie et une péritonite biliaire sont possibles. Et l'ablation de la vésicule biliaire est prescrite afin de ne pas exposer le patient au risque de complications graves.

Indications et contre-indications

La conservation de l'organe n'est pas possible lors du diagnostic:

  • inflammation chronique (cholécystite) de la vésicule biliaire;
  • maladie des calculs biliaires;
  • la présence de pierres dans le canal cholédoque;
  • déformation sévère de l'estomac;
  • empyème, polypes;
  • Vésicule biliaire «déconnectée» (non fonctionnelle);
  • fistules dans les parois de l'orgue.

Les indications de la chirurgie d'urgence sont la cholécystite aiguë et d'autres conditions compliquées. La chirurgie pour enlever la vésicule biliaire est reportée si la femme est enceinte. Les contre-indications à la manipulation chirurgicale sont:

  • insuffisance cardiaque et respiratoire au stade de la décompensation;
  • troubles hémorragiques graves (hémophilie);
  • hernie diaphragmatique;
  • trouver un patient dans le coma.

Le cancer gastro-intestinal est une indication relative pour la laparoscopie compte tenu de la difficulté à retirer les ganglions lymphatiques affectés. Par conséquent, le cancer est éliminé par laparotomie..

Est-il possible de se passer de chirurgie

La vésicule biliaire ne peut être complètement guérie qu'au stade initial. Mais le diagnostic précoce est rare, donc les méthodes de traitement les plus souvent conservatrices visent à prévenir la progression de la maladie. Si des problèmes de bile sont détectés, le médecin recommande:

  • changer le régime et le régime;
  • effectuer régulièrement des exercices thérapeutiques;
  • échographie régulière pour surveiller l'état de l'estomac.

S'il y a des calculs dans la vésicule biliaire, ils sont petits (pas plus de 2 cm) et ont une composition en cholestérol, vous pouvez essayer de les dissoudre avec des médicaments contenant des acides biliaires. Une autre condition pour l'utilisation de ce corps est la fonction contractile préservée de la vessie et la tolérance aux médicaments.

Évaluation du patient: Elizaveta Andreyevna, 54 ans

Récemment, j'ai découvert des pierres, le médecin a dit que j'avais besoin d'une intervention chirurgicale. Je ne voulais pas retirer la vessie tout de suite, on m'a proposé de boire des pilules qui aideront à réduire les calculs. Mais le médecin a averti que s'il n'y avait pas d'amélioration en 6 mois, il n'y avait aucun intérêt à poursuivre un tel traitement. J'ai bu les pilules pendant un an, mais les calculs biliaires n'ont jamais disparu, mais la douleur est apparue sous la côte droite. Je n'ai pas encore fait l'opération, je suis au régime, mais je suis déçu de la dissolution des pierres.

La dissolution de la pierre est une méthode thérapeutique longue et coûteuse. Vous devez boire des médicaments de six mois à 2 ans, et en 1 mois, le diamètre des pierres peut diminuer de 1 mm. Les grosses pierres sont d'abord écrasées à l'aide d'ondes de choc, mais cette méthode peut entraîner de graves complications, elle est donc utilisée avec une extrême prudence. Malgré tous les efforts, le traitement peut ne pas être concluant. En l'absence de changements positifs, la cholécystectomie ne peut être évitée.

Comparaison des méthodes de traitement chirurgical

En pratique chirurgicale, 4 méthodes sont utilisées pour retirer la vésicule biliaire:

  • Laparotomie - chirurgie abdominale, pour laquelle les chirurgiens pratiquent une grande incision (15-20 cm) sur la paroi abdominale antérieure. La résection est réalisée de manière ouverte.
  • La laparoscopie de la vésicule biliaire est une technique peu invasive utilisant un équipement endoscopique spécial. Pour accéder à l'organe affecté, 3 à 4 perforations ne dépassant pas 1,5 cm suffisent.
  • Mini-accès - l'ablation de la vésicule biliaire s'effectue par une petite incision - 4-5 cm.
  • La technique SILS est une opération laparoscopique pour laquelle une incision (2 cm) sous le nombril suffit. Insérez un mini-port en latex avec 4 trous pour l'alimentation en gaz et l'introduction de trocarts dedans..

Caractéristiques comparatives des techniques chirurgicales pour enlever la vésicule biliaire:

Type d'opérationDuréeType d'anesthésieDurée de réadaptationEsthétique (longueur de cicatrice)
Laparotomie2 à 6 heuresAnesthésie généralejusqu'à 2 mois.Grosse cicatrice
Laparoscopie1-2,5 h.jusqu'à 8 joursPetits points
Mini accès1,5 à 5 h.jusqu'à 1,5 mois.Cicatrice soignée
Sils40 minutes - 2 heuresjusqu'à 7 joursMicro cicatrice au nombril

Chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients, mais le «gold standard» est la cholécystectomie laparoscopique, et plus récemment, une nouvelle modification de la laparoscopie par 1 ponction gagne en popularité - SILS.

Comment est la cholécystectomie

Une opération prévue pour retirer la vésicule biliaire est effectuée après un examen approfondi du patient. En effet, afin d'exclure d'éventuels problèmes au moment du traitement chirurgical, il est important de considérer toutes les nuances. Cela s'applique à l'état général du corps, à la présence de maladies chroniques, aux réactions allergiques, à l'intolérance individuelle aux composants médicinaux.

Dans le cadre d'un examen préopératoire, le médecin prescrit une étude en laboratoire du sang et de l'urine, une analyse de la bile obtenue lors du sondage duodénal. Une échographie est effectuée sur le patient, avec des résultats douteux - une IRM. Avant l'opération, le patient est consulté par un anesthésiste, une conversation psychologique supplémentaire est menée..

Préparation à la laparoscopie

Une personne commence à se préparer à l'ablation de la vésicule biliaire une semaine avant l'opération. Il commence à suivre un régime pour soulager le tube digestif et empêcher la formation de gaz. Les aliments gras, frits, fumés, salés, les légumineuses, les crudités et les fruits sont exclus du régime. La base du régime est des aliments légers cuits pendant la cuisson ou cuits à la vapeur.

Avant l'opération, les intestins doivent être nettoyés à l'aide d'un lavement classique à l'eau tiède ou d'un microclyster médicinal. Le jour de l'intervention, il est interdit de manger et de boire des boissons. À l'avance, vous devez enlever les poils de l'abdomen et avant la cholécystectomie, prendre une douche avec du savon antibactérien.

Opération en cours

Directement en salle d'opération, l'anesthésiste effectue une prémédication. Il s'agit d'une préparation médicale du patient pour l'anesthésie à venir. Une heure plus tard, lorsque le patient est sous anesthésie générale, une cholécystectomie est réalisée selon le schéma de base:

  • Le chirurgien traite l’estomac du patient avec une solution antiseptique et fait de petites incisions..
  • Du dioxyde de carbone chaud est introduit dans la cavité abdominale. C'est une condition préalable, sinon les organes internes peuvent être brûlés par le froid. Le gaz est nécessaire pour augmenter la distance entre les organes et pour avoir plus d'espace pour les outils de manœuvre.
  • Un laparoscope est inséré dans le trou du nombril. Il s'agit d'un appareil endoscopique équipé d'une caméra vidéo et d'un système de rétro-éclairage. Il assure la traduction du champ chirurgical sur l'écran du moniteur..
  • Deux coupes latérales sont destinées à l'introduction des manipulateurs. Ce sont les outils nécessaires pour la résection des points de suture et la suture des tissus endommagés..
  • Le chirurgien excise la vésicule biliaire affectée, impose des sutures internes.

A la fin de l'opération, les instruments et le laparoscope sont retirés, les piqûres sont suturées.

Conséquences de la suppression

Dans la phase postopératoire, la vie sans vésicule biliaire implique l'adaptation du tube digestif sans accumulation de bile. Pour ce faire, une personne doit suivre un régime, apprendre à manger strictement à l'heure, doser l'activité physique et abandonner les mauvaises habitudes. En cas de refus de se conformer aux recommandations médicales, une personne rencontrera des manifestations sévères du syndrome postcholécystectomie:

  • gravité et douleur dans l'hypochondre droit;
  • brûlures d'estomac, éructations;
  • une sensation d'amertume dans sa bouche;
  • nausée, langue enduite;
  • troubles intestinaux - diarrhée ou constipation.

Au fil du temps, une inflammation des voies biliaires, des calculs dans les canaux, des troubles fonctionnels du système valvulaire sphinctérien peuvent apparaître. En conséquence, non seulement les voies biliaires sont affectées, mais aussi le foie, le pancréas, les intestins.

Réhabilitation

La durée de récupération complète après une cholécystectomie laparoscopique dépend de la qualité de la période de rééducation. Immédiatement après la chirurgie, le patient reste sous la surveillance de médecins. Habituellement limité à un séjour à l'hôpital de deux jours, et après une opération à un port, le patient peut être libéré le lendemain..

Examen des patients par laparoscopie: Nikolay, 48 L.

J'ai trouvé des calculs biliaires il y a longtemps. Au début, il écoutait les médecins, suivait un régime, venait pour un examen. Puis il a changé d'emploi et abandonné le traitement. Quand une douleur intense est apparue du côté droit, j'ai décidé d'accepter une opération pour retirer la vésicule biliaire. Sur la recommandation, il s'est tourné vers la clinique pour un bon chirurgien, il a dit que nous ferions la laparoscopie. Je me suis réveillé après l'opération, et à ma grande surprise, rien ne m'a fait mal, donc, un petit malaise était dans mon estomac. Il ne restait que 3 points après l'opération et j'ai pu me mettre au travail en une semaine. Tout simplement fantastique!

Après l'ablation de la vésicule biliaire, la rééducation est principalement nécessaire pour le système digestif. Elle devra restructurer le travail après exclusion de la chaîne digestive de la vésicule biliaire. Manger de façon fractionnée, à intervalles de temps égaux, une personne "habituer" le foie à produire de la bile à un certain moment. Et l'absence de nourriture lourde fournira la charge correcte sur le tube digestif et réduira le risque de troubles dyspeptiques.

Mode de vie

Tout au long de la vie, après le retrait de la vésicule biliaire, une personne doit respecter les principes du régime alimentaire n ° 5. C'est la principale condition d'une bonne santé et de la prévention de nouveaux problèmes de santé. Nous ne devons pas oublier un style de vie actif - faire de la gymnastique, marcher plus.

Marcher pendant 10-15 minutes par jour affecte favorablement tous les systèmes et organes, ainsi que l'augmentation de l'humeur, améliore le bien-être. Vous devez oublier les mauvaises habitudes - la nicotine et l'alcool sont strictement interdits. Les erreurs significatives de nutrition ne devraient pas l'être, une faiblesse momentanée apportera un plaisir douteux, et il faudra traiter une exacerbation pendant une seule semaine. Déjà quelques années après le retrait de la vésicule biliaire, vous pouvez vous permettre de manger des aliments interdits, mais très rarement et en quantités très limitées.

Régime

La nutrition clinique est devenue la base de l'alimentation depuis de nombreuses années. Le régime alimentaire après la cholécystectomie est équilibré et ne comprend pas de restrictions strictes. Par conséquent, au fil du temps, une personne s'habitue à manger d'une nouvelle façon. Les aliments gras, fumés et salés disparaissent à jamais du menu. Le porc et l'agneau sont préférables au poulet, à la dinde et au jeune boeuf faible en gras. Le poisson est sélectionné selon le même principe - moins il y a de matières grasses, mieux c'est.

Les produits laitiers peuvent être presque tout, mais sous forme faible en gras. Les médecins vous permettent de manger un peu de beurre, mais les fromages dont vous avez besoin pour choisir des variétés dures et fraîches et salées seront nocifs. La cuisson fraîche donne une grande charge au foie, donc le pain d'hier est mangé, et les beignets et les tartes frites sont remplacés par des biscuits secs et des bagels non sucrés.

Le chocolat, les gâteaux, les pâtisseries figurent sur la liste des produits interdits, comme dessert, les guimauves, la marmelade et encore mieux la gelée de fruits, conviennent. Vous devez boire beaucoup, mais pas de soda et de café noir, mais du thé vert faible, de la compote, une décoction de camomille ou de rose de chien. Vous n'avez pas besoin d'ajouter de sucre aux boissons, il est préférable de manger une cuillerée de miel s'il n'y a pas d'allergie aux produits apicoles. Nous ne devons pas oublier qu'il est important de manger des aliments et des boissons chauds, afin de ne pas provoquer de spasme des voies biliaires et de troubles dangereux du tube digestif.

Conclusion

L'ablation de la vésicule biliaire, comme tout autre organe, est une mesure extrême. Mais dans certaines circonstances, on ne peut pas s'en passer. Il vaut mieux reconsidérer ses habitudes et continuer à vivre pleinement sans VJ affecté que de mettre sa santé et sa vie en danger de complication grave, le pronostic après lequel n'est pas toujours sans ambiguïté.

Comment vivre sans vésicule biliaire?

quelle bile dans l'estomac? anatomie ouverte si.

Auteur, supprimez et ne vous trompez pas la tête et ne lisez pas le non-sens. Ils vivent sans bile pendant cent ans normalement sans régime, mais avec des calculs et une stagnation de la bile, il est beaucoup plus difficile de vivre - l'hépatite et l'hépatose et la cirrhose se développent.

Moi aussi, je suis sans galle depuis août 2010, et en décembre 2010, j'attendais déjà mon dotsyu :) Après l'opération, j'étais au régime pendant seulement 2 mois et puis j'ai tout mangé, juste bien sûr vous n'avez pas besoin de trop manger :)

Je suis heureux de l'avoir enlevé avant la grossesse, car les pierres dans la galle sont une bombe à retardement, Dieu m'en garde, si je devais opérer d'urgence pendant la grossesse - je connais aussi de tels cas.
en fait, des pierres ont été découvertes en moi en 2008, mais j'avais peur de l'enlever volontairement, attendu quelque chose, attendu 2 ans et attendu le processus purulent - ils m'ont emmené en ambulance et au lieu de la laparoscopie (3 crevaisons) j'ai reçu une opération de la cavité, Dieu merci, avec mini accès et la cicatrice n'est pas très grande, mais c'est.
Mon parrain a fait l'ablation de la bile comme prévu, elle a une laparoscopie - enfin 1 trou dans le nombril et 2 trous à peine perceptibles sous la poitrine.
Donc mon IMHO - faites-le mieux planifié, sans attendre peretonitov - comme dans les «Pokrovsky Gates», ils ont dit :)

Vésicule biliaire enlevée. Comment vivre plus loin?

Maman (67 ans) a été opérée pour enlever la vésicule biliaire il y a deux semaines. Elle est déjà chez elle. Mais la vie est devenue une toilette constante. Pendant toutes ces 2 semaines, elle a une diarrhée constante toute la journée et la nuit. Elle a perdu beaucoup de poids. Il adhère au régime, mange de façon fractionnée. Boire du lopéramide contre la diarrhée - n'aide pas du tout. Maintenant, probablement dans le contexte d'une diarrhée constante, une terrible faiblesse est apparue. Elle ne peut même pas aller chez le médecin à la polyclinique, car elle a peur de retourner aux toilettes et de ne pas y aller..
J'ai appelé le thérapeute à la maison demain, mais il y avait une jeune fille là-bas après l'université, ne sachant pas si elle aiderait. Maman est complètement aigre. J'étais zinger, j'ai couru partout, j'ai réussi à tout faire, mais maintenant j'ai peur de faire un pas hors de chez moi et il n'y a plus de force - tout le temps.

Les filles. Peut-être que l'un des proches a également retiré la bile? Comment vivre avec, comment faire face à de tels problèmes?

Objet: Vie après le retrait de la vésicule biliaire

Options du thème

La vie après le retrait de la vésicule biliaire

Les filles!
Il y a une semaine, ma vésicule biliaire a été retirée. Je suis au régime. J'ai créé ce sujet afin que nous puissions partager des recettes de plats diététiques, discuter de la possibilité de faire du sport.
Comment vivez-vous sans fiel? Y a-t-il des problèmes, comment les résolvez-vous??

Mon bon ami a été retiré. en même temps mis avec une annexe
Elle s'est achetée une mijoteuse ou une chaudière double - et elle se cuisine. VIT ENTIÈREMENT NORMALEMENT.

J'ai été renvoyée il y a 5 jours - 20 octobre. Le 22 octobre, ils ont été libérés. après-demain je vais enlever les coutures.
Je n'ai pas encore décidé comment vivre sans lui. à son retour de l'hôpital, j'ai pris un horaire pour manger, juste au cas où, pour ne pas provoquer. Je mange souvent, mais petit à petit. Des comprimés de 10 jours doivent être pris. pendant la journée, au moins pour une courte période, vous devez vous allonger pour vous reposer. Bien que je ne puisse pas passer l'aspirateur, laver le sol, suspendre des vêtements, etc.
ce n'est pas difficile de suivre un régime, voyons comment ça se passe

Comment faciliter l'adaptation du corps à la vie sans vésicule biliaire?

Toute opération est stressante. Mais vous pouvez vous réjouir que le vôtre soit l'un des plus courants. De plus, ces dernières années, cela a été de plus en plus fait à l'aide de méthodes endoscopiques moins traumatisantes que la chirurgie abdominale.
Votre tâche pour les 1,5 à 2 prochaines années consiste à aider les voies biliaires à assumer les fonctions de la vésicule biliaire à distance. Toute cette période se déroulera sous le signe des quatre «baleines» - régime, régime, pharmacothérapie et gymnastique.

Aujourd'hui, demain et toute une vie
"Aujourd'hui" commence le 1er jour postopératoire et se termine par une sortie de l'hôpital, quel que soit le type d'opération: endoscopique ou abdominale. À ce moment, lorsque les sutures guérissent et que les intestins sont affaiblis et ne sont pas du tout prêts à travailler à pleine charge, le régime alimentaire doit être très strict. Vous pouvez seulement boire: thé faible, jus de fruits non acides, à moitié dilué avec de l'eau, eau minérale comme Borjomi sans gaz - 1/2 tasse 4-6 fois par jour.
Le 2ème jour, il est permis de manger de la soupe muqueuse, de la purée de riz ou de la farine d'avoine, du kissel. À partir du 3ème jour, vous pouvez ajouter du fromage cottage faible en gras, de la viande bouillie, du poisson, du poulet sous forme de côtelettes à la vapeur, des craquelins de pain blanc - un peu de tout. Et ainsi - jusqu'à la décharge.
"Demain" survient lorsque vous franchissez le seuil de la maison et dure 1,5 à 2 mois. Régime d'épargne: charge minimale non seulement le système biliaire, mais aussi le pancréas, l'estomac, le duodénum, ​​qui, en règle générale, souffrent également d'une maladie de la vésicule biliaire.
Il est interdit de manger tout ce qui contient des graisses réfractaires - graisse de porc, porc et agneau gras, oie, canard. Exclure du menu les bouillons riches, la viande frite, les plats de poisson et de légumes, les viandes fumées, les aliments en conserve, le poisson salé et fumé, le saumon et le caviar, les cornichons, y compris les champignons marinés et salés, l'oseille, les épinards, l'oignon, l'ail, les assaisonnements chauds, frais légumes et fruits, car ils ont une forte action sokogonnym. Vous devez renoncer au pain de seigle (vous ne pouvez manger que des pâtisseries blanches d'hier ou séchées), ainsi que des produits de pâte frits: crêpes, tartes, pâtisseries, badigeon. Oubliez les gâteaux, les gâteaux à la crème, la crème fouettée.
Plats de viande, de poisson et de légumes - non seulement bouillis ou cuits à la vapeur, mais également râpés, mieux écrasés. Les aliments ne doivent pas être très chauds ni trop froids. Chaud - exactement ce dont vous avez besoin. La crème glacée et les boissons glacées ne peuvent être rappelées que parce que le froid provoque par réflexe un spasme des voies biliaires et une crise de douleur. Pour la même raison, vous devez jeter l'okroshka du réfrigérateur au chaud.
Étant donné que la nourriture rare et abondante est également capable de provoquer un spasme des voies biliaires, il faut manger au moins 6-7 fois par jour (la dernière fois au plus tard 2 heures avant le coucher). Je recommande de ne pas boire plus de 1,5 litre de liquide, afin de ne pas augmenter la quantité de bile excrétée.
Bien sûr, les restrictions gastronomiques n'ajoutent pas de joie, mais il ne faut pas en faire une tragédie non plus. L'abondance de produits d'aujourd'hui plus un peu d'imagination - et sur la table, comme sur une nappe auto-assemblée, il y aura de nombreux plats délicieux et sains. Ce sont une variété de soupes végétariennes - légumes, céréales, produits laitiers, viande, poisson, plats de volaille sous forme de côtelettes à la vapeur, petits pains, soufflé, fromage cottage et plats à partir de celui-ci, fromages doux et produits à base de lait aigre, légumes bouillis ou en purée - carottes, chou, betteraves, courgettes, citrouille, maïs, fruits et baies sous forme de compotes, gelée, mousse, toutes sortes de céréales, casseroles, plats de pâtes.
Vous respecterez ce régime n ° 5 pour les 2 prochaines années, cependant, pas si strictement. La nourriture reste fractionnée, mais pas 6-7, mais 5-6 fois par jour. Quant au liquide, si désiré, sa quantité peut être portée à 2 litres. Toutes les autres concessions gastronomiques doivent être effectuées avec l'autorisation du médecin.
Pour ceux qui sont en surpoids, je vous conseille de réduire l'apport calorique dû à la farine, les pâtes, les bonbons, le sucre. Il est utile d'organiser une journée de jeûne une fois par semaine: pomme, viande, kéfir. Il est recommandé à ceux qui ont subi une intervention chirurgicale une journée de compote de riz: buvez 1,5 l de compote de fruits secs en 5 doses divisées et mangez 3-4 cuillères à soupe de bouillie de riz avec des fruits secs de compote pour le petit déjeuner, le déjeuner et le dîner. La compote et la bouillie sont bouillies sans sucre.
N'oubliez pas les vitamines et tout d'abord l'acide ascorbique: il doit être pris sur un comprimé 3 fois par jour. Une vitamine de pharmacie remplacera avec succès une infusion d'églantier riche en vitamine C et ayant également un effet cholérétique. Versez les baies broyées avec de l'eau bouillante (à raison d'une cuillère à soupe de baies par verre d'eau bouillante) et insistez dans un thermos pendant 8 à 10 heures. Boire 1/2 tasse 2 fois par jour.
Pour ceux dont la vésicule biliaire a été enlevée en raison de la lithiase biliaire, les aliments riches en cholestérol devront toujours être limités: l'ablation de la vésicule biliaire n'est pas encore une solution à la maladie biliaire. Si vous interrompez le régime, des calculs de cholestérol peuvent se former dans les voies biliaires encore et encore, "poussant" à la réopération.
Quant à ceux qui ont subi une cholécystectomie pour cholécystite non calcaire, en bonne santé 2 ans après la chirurgie, vous pouvez progressivement vous éloigner du régime n ° 5.

Quand un "deuxième front" est nécessaire
La période postopératoire se déroule calmement, sans complications, si la vésicule biliaire a été retirée soit pendant la rémission de la cholécystite, soit dans les premiers stades de la maladie biliaire, jusqu'à ce que d'autres organes voisins soient impliqués dans le processus pathologique: pancréas, foie, estomac, duodénum.
Les statistiques montrent que si, contrairement à l'avis des médecins, la chirurgie est retardée, 20% des patients ont des maladies concomitantes - pancréatite, hépatite, ulcère gastroduodénal. Après une cholécystectomie, leur évolution s'aggrave. Des sensations désagréables apparaissent dans l'hypochondre droit, sous la cuillère, des nausées, des éructations, de l'amertume dans la bouche, il peut y avoir des selles instables, des ballonnements. En d'autres termes, un syndrome dit postcholécystectomie très désagréable se développe..
Dans ce cas, un régime ne peut pas faire, vous devez ouvrir un "deuxième front" et demander un traitement médical à l'aide. Quel médicament prescrire, dans chaque cas, le médecin décide. Il faudra des médicaments qui normalisent la fonction du sphincter des voies biliaires et du duodénum: cerucal, motilium (sur un comprimé 2-3 fois par jour). Un autre est les préparations enzymatiques qui favorisent une meilleure digestion et l'assimilation des aliments, réduisent les ballonnements: festif, digestif, créon (1-2 comprimés ou dragées 3-4 fois par jour avec les repas). Le médecin peut prescrire un remède pour réduire la stagnation de la bile dans les voies biliaires: flaming, cholagogum, 1-2 comprimés ou capsules Zraza par jour 30 minutes avant les repas.
Pour améliorer la fonction hépatique, Essentiale-Forte est généralement prescrit (2 gélules 3 fois par jour). Si le médecin le juge nécessaire, il recommandera des tubas aveugles avec de l'eau minérale et expliquera comment les réaliser.

Gymnastique pour l'abdomen
Bien sûr, il ne peut être question de gymnastique dans le premier mois après la chirurgie abdominale - toute tension dans les muscles abdominaux provoque des douleurs. Ce n'est qu'après cette période qu'ils commencent à faire des exercices spéciaux pour former une bonne cicatrice postopératoire mobile et renforcer les muscles abdominaux. Et les patients obèses avec un ventre gras et flasque doivent également porter un bandage. Où l'obtenir, le médecin vous le dira. Ceux qui subissent une intervention chirurgicale par endoscopie doivent également faire des exercices - ils aident à l'écoulement de la bile.
Au cours des six premiers mois à un an, ne faites pas de travail associé à une tension importante dans les muscles abdominaux (lavage des planchers, levage de poids, creusement de lits)..
Et la dernière. Prenez votre temps au sanatorium. Les six premiers mois, il est préférable d'être dans un environnement familier et, si nécessaire, consultez votre médecin.

Complexe d'exercice
Effectuez chaque exercice 10 à 15 fois, mais si vous vous sentez fatigué, réduisez la charge, réduisez leur répétition.
1. Position de départ (etc.) - allongé sur le dos, les jambes pliées aux genoux, les pieds légèrement écartés par rapport aux épaules. Après une respiration profonde - les genoux se plient d'un côté ou de l'autre.
2. I. p. - allongé sur le dos, les jambes pliées aux genoux. Mettez un sac de sable (pesant 250-300 g) sur le haut de l'abdomen. Lorsque vous expirez, essayez de l'augmenter le plus haut possible, tout en inspirant, abaissez-le. Même chose avec un sac placé sur le bas de l'abdomen..
3. I. p. - allongé sur le côté gauche, les jambes sont pliées au niveau des articulations du genou et de la hanche. Lorsque vous expirez, reprenez votre jambe droite, augmentant progressivement l'amplitude et diminuant l'angle de flexion. La même chose est du côté droit..
4. I. p. - allongé sur le dos, jambes allongées et écartées au maximum, bras le long du corps. Mouvement transversal des jambes droites - de droite à gauche, de gauche à droite. Respiration arbitraire.
5. I. p. - assis sur une chaise, penché en arrière, les mains saisissent le siège. Respirez profondément. À l'expiration, en s'appuyant sur les bras et les jambes, soulevez le bassin, revenez à la position de départ.
6. I. p. - assis sur le tapis, les mains le long du corps, les jambes jointes. Après une profonde inspiration, torse alterné à droite et à gauche. Incline ensuite le corps vers la gauche avec la main droite levée et vers la droite avec la main gauche levée.
7. I. p. - debout derrière une chaise, se tenant au dos. Après une profonde inspiration lorsque vous expirez, déplacez votre jambe droite sur le côté et en arrière. Même chose avec le pied gauche..
8. I. p. - debout, pieds écartés à la largeur des épaules, mains sur la ceinture. Tourne le corps alternativement vers la droite et vers la gauche. Respiration arbitraire.

Docteur en sciences médicales, professeur

Quelles sont les conséquences après le retrait de la vésicule biliaire?

Les conséquences après l'ablation de la vésicule biliaire ne sont pas seulement le respect des normes alimentaires de nutrition et la limitation de l'activité physique, mais également une forte probabilité de développement de processus inflammatoires postopératoires.

Que peut-il se passer après la chirurgie?

Toute intervention chirurgicale, même réussie, sans complications dans la période de récupération, affecte toujours d'une manière ou d'une autre l'état du corps dans son ensemble. Les conséquences possibles de l'opération de retrait de la vésicule biliaire sont les suivantes:

  • il est nécessaire de respecter un certain style de vie et un certain régime;
  • le risque de développer des maladies associées directement ou indirectement à l'opération a augmenté;
  • la probabilité de processus inflammatoires dans le système digestif augmente;
  • avoir des problèmes de bien-être.

En règle générale, après une opération réussie et un strict respect de toutes les instructions du médecin traitant, la rééducation du patient se déroule rapidement et ne s'accompagne d'aucune complication. Cependant, tout est interconnecté dans le corps et une intervention chirurgicale pour enlever la vésicule biliaire est tout à fait capable d'exacerber et d'identifier les processus inflammatoires et les maladies qui existent déjà dans le corps.

Comment la digestion change après la chirurgie?

Après l'ablation chirurgicale de la vésicule biliaire, le corps du patient doit se reconstruire, car le réservoir d'accumulation de bile disparaît. Pour compenser la perte d'un organe, le processus d'augmentation des voies biliaires en volume commence.

Avec une vessie fonctionnant normalement, le diamètre des voies biliaires est de un à un millimètre et demi, mais après le prélèvement de l'organe, environ 6 à 10 jours après l'intervention, leur taille atteint 2,8 à 3,2 mm. À l'avenir, les conduits continuent de se dilater et un an après le retrait de la vessie atteignent 10 à 15 mm. Ce processus est inévitable, car le corps humain a besoin d'un réservoir pour stocker la bile, et dans ce cas, les conduits assument une telle fonction.

Pourquoi des conséquences négatives surviennent-elles??

La vésicule biliaire dans le corps remplit une fonction de dépôt, c'est-à-dire qu'elle accumule la bile et l'excrète lorsque la nourriture est ingérée. Après le retrait de l'organe, les processus digestifs sont perturbés, la quantité de bile sécrétée nécessaire à la dégradation des graisses des aliments est réduite. Par conséquent, après avoir mangé des aliments gras ou frits, des nausées, des vomissements se produisent et des selles molles et grasses apparaissent.

La bile pénétrant dans la vessie, non seulement s'y accumule dans un certain volume, mais aussi du fait de l'absorption d'eau, acquiert une certaine concentration, nécessaire à la dégradation rapide des aliments. Après cholécystectomie, les fonctions de concentration et d'accumulation disparaissent. Dans ce contexte, un syndrome postcholécystectomie se développe, car la cyclicité du flux biliaire est perdue et pénètre librement dans le système digestif par le foie..

En raison d'une diminution de la sécrétion d'acides biliaires, les propriétés bactéricides de la bile sont réduites, ce qui peut entraîner une augmentation de la microflore pathogène et une dysbiose intestinale. Avec le développement de l'insuffisance biliaire, la concentration d'acides biliaires toxiques augmente, ce qui affecte négativement le bien-être général et la santé du patient.

Malheureusement, il n'y a pas de réponse unique à la question - enlevé la vésicule biliaire, quelles pourraient être les conséquences? Aucun médecin traitant ne pourra donner une prévision précise et garantir l'absence de complications après l'intervention. Même l'utilisation de techniques laparoscopiques mini-invasives n'évite pas toujours les conséquences négatives. Le résultat final du traitement est influencé par de nombreux facteurs - l'âge et la santé générale du patient, la présence de maladies concomitantes et d'autres caractéristiques individuelles.

Un rôle important dans la réussite de la réadaptation est joué par une attitude attentive à sa propre santé et la mise en œuvre de toutes les recommandations sur l'adaptation du mode de vie et le respect d'un régime spécial. Même si l'opération a réussi, les conséquences négatives ne peuvent être évitées si le patient revient à de mauvaises habitudes et à une mauvaise alimentation.

Complications possibles

Dans certains cas, une augmentation des conduits provoque certains problèmes qui provoquent les complications suivantes:

  • cholangite, c'est-à-dire inflammation des voies biliaires;
  • la formation de kystes dans les tissus des voies biliaires communes, qui conduisent à une expansion neurismatique des parois des voies biliaires, des ruptures intercellulaires, des cicatrices des tissus, des saignements et d'autres pathologies;
  • violations de l'écoulement de la bile, hypertension biliaire - se produisent souvent lorsque la fonctionnalité des conduits ne correspond pas au volume de la bile entrante;
  • troubles fonctionnels avec plis et pathologies des canaux eux-mêmes;
  • cholestase, c'est-à-dire stagnation du liquide biliaire dans les canaux;
  • formation de pierres et de sable dans les canaux hépatiques.

De plus, l'ablation d'organes exacerbe souvent toutes les maladies chroniques dormantes du corps. Pendant la période de réhabilitation, la plupart des ressources et des forces internes sont dépensées pour faire face à l'absence d'un organe important et s'adapter aux nouvelles conditions. Le système immunitaire s'affaiblit et ses ressources ne suffisent pas à faire face aux anciennes plaies.

C'est pourquoi pendant la période de récupération, le patient exacerbe la gastrite, l'ulcère gastro-duodénal, il existe des troubles du foie ou du pancréas, avec lesquels l'organe prélevé constituait un système unique. Dans le contexte d'un système immunitaire affaibli, d'autres maladies (cardiovasculaires, respiratoires, nerveuses) qui ne sont pas directement liées à l'ablation de la vessie se font également connaître..

Les conséquences directes de l'opération de cholécystectomie comprennent une maladie du foie. Selon les statistiques, au cours des deux premières années après la chirurgie, près de la moitié des patients développent une hépatose graisseuse, qui à son tour provoque un certain nombre de processus inflammatoires dans d'autres organes.

Quels problèmes surviennent le plus souvent?

Les patients qui ont subi une intervention chirurgicale pour enlever la vésicule biliaire sont souvent confrontés à de tels problèmes:

  • processus inflammatoires et maladies du foie;
  • dysfonction pancréatique;
  • maladies de la peau (démangeaisons, eczéma, éruption cutanée);
  • des symptômes dyspeptiques, c'est-à-dire des troubles du système digestif (douleur du côté droit, diarrhée ou constipation, vomissements, rejet de nourriture, ballonnements, flatulences);
  • un changement dans la fonctionnalité de l'intestin, conduisant au développement de la duodénite, de la gastrite à reflux, de la colite et d'un certain nombre d'autres pathologies.

Il est totalement impossible d'empêcher le développement et l'apparition même de toute maladie, mais il est tout à fait possible de minimiser cette probabilité, il vous suffit de suivre toutes les instructions et recommandations du médecin traitant.

Symptômes de complications

Quant aux symptômes de développer des complications, alors aux stades initiaux, ils sont les mêmes et incluent les sensations suivantes:

  • douleur dans le haut de l'abdomen;
  • douleurs tiraillantes sous les côtes, avec recul dans le dos et sous l'omoplate;
  • apparition brutale et arrêt brutal des coliques dans le foie;
  • nausées et arrière-goût persistant dans la bouche;
  • forte odeur spécifique d'urine et un changement de sa couleur, jusqu'à une teinte de brique sombre;
  • ballonnements, augmentation de la formation de gaz;
  • jaunissement de la peau et des protéines oculaires;
  • l'apparition de poches sous les yeux.

Tous les symptômes ci-dessus indiquent que le corps entame un processus inflammatoire associé au développement de complications postopératoires. Dans ce cas, ne perdez pas de temps, vous devez immédiatement consulter un médecin.

Comment traiter les effets de l'ablation de la vésicule biliaire?

Toute mesure thérapeutique dépend de la nature du processus inflammatoire et du type de maladie exacerbée dans son contexte. Mais, il existe une liste de médicaments prescrits par les médecins pour que le processus de réadaptation réussisse. Ces médicaments sont nécessaires pour normaliser les processus associés à la réservation et à l'écoulement de la bile et prévenir les complications possibles.

Pendant la période de réadaptation, les médicaments suivants sont prescrits aux patients qui contribuent au soulagement du syndrome postcholécystectomie:

  • antispasmodiques Drotaverin, No-shpa, Mebeverin, Pirenzepine soulagent bien les syndromes douloureux et améliorent encore le tube digestif, relaxant le sphincter spasmodique d'Oddi;
  • les enzymes digestives Festal, Creon, Panzinorm Forte, Pangrol, normalisent les processus digestifs et soutiennent les fonctions du pancréas;
  • Gepabene, Essential Forte - des médicaments universels qui combinent des propriétés anti-inflammatoires et cicatrisantes. Ce sont des hépatoprotecteurs, qui contribuent à la restauration des cellules hépatiques endommagées, normalisent la production d'acides biliaires et d'autres fonctions organiques.

Avec le développement de la diarrhée cholastique, le patient se voit prescrire des agents antimicrobiens et antidiarrhéiques, en cas de constipation - procinétique Dompéridone, métoclopramide.

Après une cholécystectomie, le risque de re-formation de calculs dans les voies biliaires demeure, car la composition de la bile produite ne change pas. Afin de prévenir la récidive de la lithiase biliaire, le patient se voit prescrire des préparations d'acide ursodésoxycholique (Ursosan, Ursofalk, Hepatosan), ainsi que des médicaments contenant des acides biliaires et stimulant sa production (Allohol, Cholenzym, Liobil).

Pour éliminer les brûlures d'estomac et l'inconfort causés par une augmentation de la concentration du suc gastrique, on prescrit au patient des médicaments qui neutralisent l'acide chlorhydrique (Omez, Omeprazole).

En cas de complications causées par la pénétration de bactéries pathogènes dans le petit côlon et 12, le patient se voit prescrire une cure d'antiseptiques intestinaux et d'antibiotiques, après quoi il est recommandé de boire des probiotiques pour rétablir l'équilibre de la microflore bénéfique.

Mode de vie après ablation de la vésicule biliaire

Selon les critiques sur les conséquences de l'ablation de la vésicule biliaire, le mode de vie et une bonne nutrition sont d'une importance capitale pendant la période de récupération. Après avoir retiré l'organe, tout ne peut pas être mangé, et le médecin traitant remettra certainement une note détaillée sur le «régime» au patient.

Produits interdits:
  • l'alcool, quels que soient ses composants et sa force, c'est-à-dire que le whisky et le cidre de pomme maison sont également impossibles;
  • boissons gazeuses;
  • graisses animales;
  • viandes et poissons gras;
  • sauces grasses, ketchups;
  • produits laitiers et boissons laitières riches en matières grasses;
  • bonbons, pâtisseries, pâtisseries, chocolat;
  • tous les plats et produits qui peuvent irriter la muqueuse et affecter la concentration des enzymes biliaires - épices, assaisonnements, cornichons, marinades, plats épicés, viandes fumées, saindoux;
  • les légumes à fibres grossières et la teneur en huiles essentielles doivent être exclus du régime alimentaire - chou blanc, radis, raifort, radis, citrouille, navet, poivron, etc.;
  • légumineuses, champignons;
  • oignons, ail, oseille;
  • fruits et baies aigres;
  • crème glacée car la nourriture froide stimule le rétrécissement des voies biliaires.

En plus des plats et des produits, il est très important de respecter le programme de nutrition, vous devez manger en petites portions 6-8 fois par jour, dans certains cas, les médecins recommandent de diviser le repas 10-12 fois.

La consistance et la température des aliments sont d'une grande importance. Tous les plats doivent être servis chauds (ni chauds ni froids!). Après avoir retiré l'organe biliaire, vous devez manger des aliments mous, idéaux - céréales, soupe en purée, purée de légumes ou de fruits, de qualité neutre, ragoûts.

De nombreux patients après l'opération passent aux aliments pour bébés. Les pots de purée de poisson, de viande et de légumes des bocaux correspondent idéalement à toutes les conditions alimentaires après la chirurgie et contiennent toutes les vitamines et nutriments nécessaires à l'organisme. Les bocaux avec des aliments pour bébés diversifient très bien le régime alimentaire pendant la période de récupération. À l'avenir, le patient peut progressivement passer à l'utilisation d'aliments familiers.

Produits autorisés:
  • pain gris ou seigle d'hier;
  • variétés de viande et de poisson à faible teneur en matière grasse bouillies, cuites, cuites au four ou cuites à la vapeur
  • bouillie bouillie de sarrasin, gruau;
  • purée de légumes ou de céréales sur bouillon maigre;
  • omelettes protéinées;
  • boissons au lait aigre (faibles en matières grasses ou avec une teneur minimale en matières grasses);
  • baies et fruits sucrés;
  • légumes en purée ou légumes mijotés;
  • huile végétale pour la vinaigrette (en petites quantités);
  • des bonbons, vous pouvez utiliser une petite quantité de marmelade naturelle, confiture, confitures, miel;
  • de boissons autorisées tisanes vertes et fines herbes, eau minérale sans gaz, compotes de fruits secs, boissons aux fruits, bouillon d'églantier.

Mais il est important de bouger davantage, de faire des exercices de gymnastique légers et des procédures de durcissement, de faire de longues promenades au grand air. Le médecin familiarisera le patient avec toutes les recommandations avant le congé, vous aidera à choisir le bon régime et vous remettra un mémo avec une description détaillée des produits autorisés et interdits..

Commentaires

Ma vésicule biliaire a été retirée par voie laparoscopique, à travers de petites perforations dans la cavité abdominale. Les blessures ont cicatrisé rapidement, la guérison a réussi, et quelques jours après l'opération, je suis rentré chez moi. Au début, j'étais heureux que les douleurs constantes de l'hypochondre droit et du dos, qui me tourmentaient depuis six mois, aient disparu. Mais alors quelques difficultés ont commencé. Après le retrait de la vésicule biliaire, un régime strict est nécessaire. Et je voulais vraiment manger quelque chose de sucré ou riche en calories. Je n'ai pas pu résister et j'ai mangé un petit morceau de gâteau à la crème. Après cela, elle s'est vite sentie nauséeuse, des vomissements se sont ouverts et une faiblesse sévère et des douleurs abdominales sont apparues. Maintenant je ne prends plus de risques et me limite sévèrement en nutrition, j'utilise uniquement des aliments autorisés. Ce régime devra suivre le reste de votre vie.

J'ai été amenée à l'hôpital avec une crise de calculs biliaires. Les douleurs étaient infernales, et elle ne pouvait même pas bouger, elle était assise penchée. Ils ont fait une chirurgie abdominale d'urgence, enlevé la vésicule biliaire. Il se rétablissait difficilement, la couture ne guérissait pas depuis longtemps, il y avait des complications sur le foie. J'ai dû suivre un traitement antibactérien et un traitement approprié. Quand j'ai été libéré, la question s'est posée de la nourriture, car de nombreux produits étaient tout simplement interdits, et il était difficile de cuisiner séparément, et il était difficile de ne manger que des céréales et du poulet sec chaque jour. Il y avait une issue. J'ai commencé à acheter des aliments pour bébés dans des bocaux - des purées de fruits, de légumes et de viande. Pour moi, c'était l'option parfaite. Au fil du temps, elle a commencé à manger la nourriture habituelle, en évitant les plats gras et épicés et les assaisonnements. Maintenant je me sens bien, j'adhère à une bonne nutrition et j'ai presque oublié la chirurgie.

Les conséquences de l'ablation de la vésicule biliaire

Selon les statistiques médicales, la maladie biliaire est diagnostiquée chez 8 à 12% des habitants des pays développés. Au fil du temps, ces indicateurs ne font qu'augmenter. La décision d'effectuer l'opération est prise par les médecins en présence de grosses ou de nombreuses pierres dans la vésicule biliaire (GP). Les pierres dures peuvent provoquer une cholécystite chronique, qui ne peut pas être traitée avec d'autres méthodes. En règle générale, ils recourent à une intervention chirurgicale en cas de violation de l'excrétion de la bile et de la menace d'obstruction par des pierres des voies biliaires.

La cholécystectomie laparoscopique (cholécystectomie endoscopique, laparoscopie de la vésicule biliaire) est une opération au cours de laquelle le corps de la prostate est excisé par des perforations dans la cavité abdominale. Avec le développement de complications, la laparoscopie devient vitale. Les conséquences de l'ablation de la vésicule biliaire sont difficiles à prévoir, mais avec une chirurgie opportune et la bonne technique pour sa mise en œuvre, le risque est réduit.

Caractéristiques de l'opération et complications possibles

La laparoscopie est prescrite dans les cas suivants: obstruction intestinale, calculs dans le canal biliaire commun, cholécystite aiguë, généraliste handicapé et gangrène biliaire. De plus, l'opération est indiquée pour la cholécystite calculeuse à évolution chronique (une forme particulière de la maladie, caractérisée par la présence de calculs dans l'estomac).

L'ablation laparoscopique de la vésicule biliaire est effectuée dans divers établissements médicaux (hôpitaux, cliniques, hôpitaux).

L'opération est réalisée sous anesthésie générale. La paroi abdominale antérieure est percée d'aiguilles spéciales, du dioxyde de carbone est injecté, puis des trocarts (tubes métalliques ou plastiques). À travers ces tubes introduit un laparoscope et des instruments. Le corps de la vésicule biliaire est ensuite retiré à l'aide d'un crochet électrochirurgical. Une fois le tractus gastro-intestinal retiré, l'espace abdominal est lavé, séché et un drainage est établi à l'emplacement de la bile excisée..

Parfois, il est impossible de terminer la procédure avec la méthode laparoscopique, puis les médecins effectuent une opération ouverte. Les médecins soulignent les inconvénients suivants d'une méthode ouverte d'intervention chirurgicale avant la laparoscopie:

  • La chirurgie ouverte est plus traumatisante et douloureuse.
  • Le patient perd 10 fois plus de sang.
  • La réadaptation est difficile, longue.
  • Cicatrices postopératoires présentes.
  • Taux de complications plus élevé.

Après avoir retiré la vésicule biliaire par la voie laparoscopique, le patient ressent une légère douleur au niveau des sites de ponction, il récupère plus rapidement, pas de cicatrices.

De nombreux patients qui ont cette opération sont intéressés par la question de ce qui menace la laparoscopie. Selon les statistiques médicales, 10% des patients présentent des complications après la chirurgie. Parfois, cela se produit parce que le chirurgien a choisi la mauvaise méthode d'intervention chirurgicale ou a accidentellement endommagé les canaux ou les vaisseaux sanguins dans cette zone. Dans certains cas, des problèmes surviennent du fait que lors du diagnostic, le médecin n'a pas remarqué de pierres cachées dans les voies biliaires ou de néoplasmes sur l'estomac. Les maladies des organes voisins provoquent des modifications secondaires de la bile, faussent le résultat de l'examen. Parfois, des complications surviennent en raison d'une mauvaise hémostase (prévention et arrêt des saignements) ou d'un accès insuffisant à l'organe opéré.

Causes des conséquences négatives

Après l'opération, le corps du patient doit s'adapter à de nouvelles conditions digestives. Auparavant, un tractus gastro-intestinal éloigné servait de réservoir pour l'accumulation de sécrétion hépatique. Après la laparoscopie, la bile s'accumule dans les voies biliaires, provoquant leur augmentation. Autrement dit, les voies biliaires prennent la fonction d'une vessie éloignée.

En présence de GI, le diamètre des voies biliaires était de 1–1,5 mm; après 7–10 jours après son retrait, leur circonférence atteignait 3–3,2 mm. Au fil du temps, les conduits continuent de se dilater et, après 12 mois, ils atteignent 10 à 15 mm. En effet, ils deviennent un réservoir pour stocker la sécrétion hépatique..

Normalement, le pancréas accumule la bile et l'excrète dans le duodénum 12 après la prise de nourriture. En raison de l'absence d'un organe, le processus de division des graisses est perturbé, car la quantité de bile diminue. Pour cette raison, après avoir mangé des aliments lourds (gras, frits), des nausées surviennent, des vomissements éclatent, des diarrhées surviennent.

La bile a des propriétés bactéricides, mais en raison d'une diminution de sa production, la probabilité de développement d'agents pathogènes et d'une violation de la flore bactérienne naturelle de l'intestin augmente. Lorsque survient une insuffisance biliaire (le complexe de symptômes accompagnant les maladies gastro-intestinales), la concentration d'acides biliaires toxiques augmente, ce qui aggrave l'état du patient. Diminution de la défense anti-inflammatoire et effet irritant de la sécrétion hépatique, qui pénètre dans les intestins vides, provoque une inflammation du jéjunum et du côlon.

Aucun médecin ne peut garantir qu'après l'ablation laparoscopique des voies postérieures, il n'y aura pas de conséquences négatives. Le résultat du traitement dépend de l'âge, de l'état de santé du patient, de la présence d'autres maladies, etc..

Important. Pour que la rééducation après le retrait du tractus gastro-intestinal soit réussie, vous devez faire attention à votre santé, suivre les recommandations du médecin sur la nutrition et le mode de vie.

Les principales complications de la cholécystectomie

De nombreux patients qui subissent une intervention chirurgicale sont préoccupés par les conséquences de l'ablation du tractus gastro-intestinal. Ils surviennent dans 2 à 3% des cas.

Les conséquences de la résection

  • Dommages au canal cholédoque. Causes de la pathologie: anomalie dans la structure des voies biliaires, cholécystite aiguë, qui s'accompagne de changements inflammatoires, adhérences dans l'espace abdominal, actions négligentes du médecin pendant la chirurgie. Si le chirurgien a remarqué que l'intégrité du canal biliaire est endommagée, il passe à une opération ouverte. S'il ne l'a pas remarqué, la bile s'écoule dans l'espace abdominal, puis une réopération d'urgence est nécessaire..
  • Blessure de gros navires. Cette complication provient du fait que le chirurgien n'a pas inséré soigneusement les trocarts dans la paroi abdominale. En cas de dommages aux gros vaisseaux, un saignement abondant s'ouvre. Cette complication après laparoscopie est moins courante qu'avec une chirurgie standard..
  • Infection de la plaie. Souvent, une infection pénètre à la surface de la plaie et commence à s'infecter. Parfois, même les agents antibactériens et antiseptiques ne peuvent pas protéger contre cela. Symptômes d'infection de la plaie: température, rougeur de la peau, douleur, pus.
  • Dommages aux organes internes. L'ablation chirurgicale du tractus gastro-intestinal est dangereuse, car il existe un risque de blessure à l'estomac, aux intestins, au foie et à la vessie. Dommages aux organes lors d'une manipulation négligente des outils.
  • Péritonite biliaire. La bile s'écoule dans l'espace abdominal à partir de conduits qui fuient ou en raison d'un ictère obstructif (écoulement de la bile altéré en raison d'une obstruction mécanique).

Des complications similaires peuvent se développer chez les hommes et les femmes..

Désordres digestifs

Comme mentionné précédemment, après excision de la vésicule biliaire, la concentration de la bile diminue et elle pénètre directement dans l'intestin. Un tel secret hépatique ne gère que de petites portions de nourriture. En cas de suralimentation ou de consommation d'aliments lourds, les symptômes suivants se manifestent: lourdeur abdominale, nausées, vomissements. De plus, l'activité enzymatique digestive diminue après la chirurgie..

Certains patients souffrent de symptômes tels que ballonnements et troubles des selles (diarrhée ou constipation). Ces complications après le retrait de la vésicule biliaire surviennent parce que les bactéries commencent à proliférer dans le jéjunum.

Attention. Après la chirurgie, la probabilité de constipation persistante est augmentée. Pour les éviter, vous devez bien manger, être physiquement actif, abandonner les mauvaises habitudes. Sinon, des hémorroïdes peuvent survenir..

De nombreux patients se plaignent de brûlures d'estomac après la chirurgie. Les acides biliaires agressifs endommagent la paroi interne de l'estomac et des intestins. En raison de changements dans la sécrétion biliaire, le risque d'inflammation du petit intestin grêle, de l'estomac et du pancréas augmente.

Chez 20% des patients après ablation du tractus intestinal, des troubles intestinaux se produisent, accompagnés de diarrhée sanglante et de fièvre. Parfois, la diarrhée dure plusieurs années, cette complication est appelée diarrhée réfrigérée. Cette pathologie provoque une déshydratation, une jaunisse et parfois des vomissements. Pour éliminer les symptômes désagréables, vous devez prendre des médicaments, boire beaucoup de liquides et suivre un régime.

Risque de rechute

Beaucoup croient qu'après l'ablation du tractus gastro-intestinal, la probabilité de cholélithiase est minime. Cependant, cette opinion est erronée, car la formation de calculs se produit après un changement dans la composition du secret hépatique ou sa stagnation.

Important. La cholécystectomie n'affecte pas la composition de la bile, donc la probabilité de congestion dans les voies biliaires est élevée.

Pour éviter la rechute de la maladie biliaire, vous devez manger de façon fractionnée (souvent en petites portions). Ainsi, la bile sera sécrétée plus souvent, donc la stagnation est peu probable. Il est recommandé de réduire la quantité d'aliments riches en cholestérol (viande grasse, produits laitiers) dans l'alimentation. De plus, il est recommandé d'être physiquement actif (randonnée, natation, exercices matinaux).

Traitement médical

Si le patient a remarqué des problèmes de santé après une cholécystectomie, vous devez immédiatement consulter un médecin. Le schéma thérapeutique dépend de la nature de l'inflammation et du type de maladie qui s'est aggravée dans son contexte. Le traitement est effectué avec l'utilisation de médicaments qui normalisent les processus associés à l'accumulation et au retrait de la bile, ainsi que prévenir les complications possibles.

Les médicaments suivants sont utilisés pour arrêter les symptômes du syndrome postcholécystectomie et améliorer l'état du corps:

  • Médicaments antispasmodiques. Drotaverin, No-shpa, Mebeverin aident à soulager la douleur spastique, améliorent la fonctionnalité du système biliaire en relaxant le sphincter d'Oddi (une valve musculaire qui contrôle le flux de bile dans le duodénum, ​​empêchant le contenu intestinal de pénétrer dans les voies biliaires et pancréatiques communes).
  • Agents enzymatiques. Festal, Creon, Panzinorm Forte normalisent la digestion, soutiennent le pancréas.
  • Hépatoprotecteurs. Hepabene, Essential Forte élimine l'inflammation, accélère la régénération des hépatocytes endommagés, normalise la production d'acides biliaires, etc..

La diarrhée refroidie est traitée avec des agents antimicrobiens et antidiarrhéiques. Pour normaliser les selles avec constipation, utilisez des médicaments qui stimulent la motilité intestinale (dompéridone, métoclopramide).

Référence. Pour la prévention de la cholélithiase, des médicaments à base d'acide ursodésoxycholique sont utilisés: Ursosan, Ursofalk, Hepatosan, etc. Dans le même but, des médicaments contenant des acides biliaires et stimulant sa production sont utilisés: Allohol, Cholenzyme, Lyobil.

Pour éliminer les brûlures d'estomac et l'inconfort dans l'abdomen, des médicaments sont prescrits pour neutraliser l'acide chlorhydrique (Omez, Omeprazole).

Pour les infections bactériennes des petits et 12 ulcères duodénaux, des antiseptiques intestinaux et des agents antibactériens sont utilisés. Après avoir terminé le cours, vous devez prendre des probiotiques qui restaureront la flore bactérienne naturelle du tube digestif.

Nutrition et activité physique

Un régime alimentaire est nécessaire pour prévenir le syndrome postcholécystectomie, réduire l'irritabilité digestive, accélérer l'écoulement de la bile.

  • aliments gras et frits;
  • boissons alcoolisées, soda;
  • produits à base de farine, pâtes;
  • assaisonnements épicés, sauces de magasin, épices;
  • légumineuses: pois, haricots, lentilles;
  • oignons, oseille;
  • confiserie, etc..

Vous pouvez manger du pain d'hier, de la viande, du poisson (variétés faibles en matières grasses), des céréales sur l'eau, des produits laitiers avec un faible pourcentage de matières grasses.

La nourriture doit être fractionnée, la nourriture est prise en même temps, le nombre quotidien de calories doit également être pris en compte. Il convient de prêter attention au régime de température des plats consommés. La meilleure option est la nourriture chaude (40-50 °).

Après l'opération, les promenades sont très utiles, elles aident à prévenir les processus stagnants dans les voies biliaires. Un mois après le retrait du médecin généraliste, le patient peut faire de la gymnastique, surtout, éviter de stresser les muscles de la presse.

La natation est un sport très utile qui peut être pratiqué 6-7 semaines après une cholécystectomie..

Commentaires

De nombreux patients qui ont subi une intervention chirurgicale pour enlever la prostate affirment que leur bien-être s'améliore quelque temps après la chirurgie, l'essentiel est de suivre les recommandations du médecin. D'autres patients regrettent d'avoir décidé d'une intervention chirurgicale, car dans la période postopératoire, il y a de nombreuses complications.

Il est possible de réduire la probabilité de complications après l'ablation du tractus gastro-intestinal si un diagnostic complet est effectué avant la procédure, ce qui aidera à identifier les pathologies concomitantes et les contre-indications possibles. Il est recommandé de trouver un spécialiste qualifié possédant une vaste expérience dans ce domaine. Pour prévenir les complications tardives, il est recommandé de se soumettre régulièrement à des examens, de suivre un régime spécial et de mener une vie saine.